Une perle de Maizeroy: Maizeroy, le chercheur d’inconnu

“Et, maudissant la fuite inflexible des heures, nous nous séparons de Goncourt, la cervelle grisée par le charme nonpareil que répand autour de lui ce maître-écrivain ; – notre maître à nous autres, les vibrants, les chercheurs d’inconnus, les énervés qui marchons dans ses traces mieux que dans les pas lourds de Balzac.”

René Maizeroy, “Chez Goncourt”, Gil Blas, 1880.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.