L’obsession Mlle Aïssé

Titre : [Recueil. Portraits de Mlle Aïssé (XVIIIe s.)] Sujet : Aïssé, Charlotte-Élisabeth (1693?-1733) -- Portraits Type : Portraits Type : image fixe Format : Doc. iconogr. ; formats divers Format : image/jpeg Droits : domaine public Identifiant : ark:/12148/btv1b85279998 Source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, N-2 (AISSE, Mlle) Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41870524t Provenance : Bibliothèque nationale de France Date de mise en ligne : 12/03/2013
Aïssé, Charlotte-Élisabeth (1693?-1733), portrait,  [Recueil. Portraits de Mlle Aïssé (XVIIIe s.)], BNF

Cela ne surprendra personne d’apprendre que René Maizeroy, le pornographe, condamné pour outrage aux moeurs par la cours d’assises de la Seine, a des obsessions… En l’occurrence, l’une d’entre elle, la dévotion qu’il porte à Mlle Aïssé, figure presque romanesque du XVIIIe siècle, paraît bien innocente… Si ce n’est qu’elle permet de mettre en lumière les travers de Maizeroy, le journaliste…

Cette obsession (pour une blonde de surcroit, autre manie de R. Maizeroy) forme un cas d’étude intéressant pour étudier le fonctionnement de l’écriture chez notre auteur, les recyclages et les ressassements, presque les tics, d’une écriture qui passe sans cesse du journal au livre sans souci de redite ou scrupule d’auto-plagiat.

Nous en avons trouvé 8, sans garantie d’exhaustivité, dans une période qui va de 1880 à 1897:

  • 1880: René Maizeroy, « Chez Goncourt », Gil Blas, novembre 1880. « Dans les casiers, ce sont, en des reliures mordorées, les Mémoires de Mme d’Epinay, la Correspondance de Mlle Aïssé, le Tableau de Paris, par Mercier, les livres de mode, et jusqu’aux Menus du Régent. Ne dirait-on pas que le dix-huitième siècle revit dans ce coin, où furent écrites cependant des œuvres si pleines de modernité et d’une hardiesse si puissante ? »
  • 1881: « Mémoires d’un malchanceux », Gil Blas, 29 novembre 1881. Et elle me redisait lentement cette phrase qu’elle avait lue, un jour, dans la correspondance de Mlle Aïssé « Je n’ai qu’une pensée en ce monde, rendre la vie si douce à celui que j’aime qu’il ne trouve rien de préférable à cette douceur. » (reprise dans Maizeroy, René, « Le rose et le noir», Celles qu’on aime. Ollendorff (Paris), 1883. P.279. )
  • 1883: Maizeroy, René, « Le livre des dépenses », Celles qu’on aime / René Maizeroy, P. Ollendorff (Paris), 1883. P.190 « Ne serait-ce pas la suite des mémoires galants du dix-huitième siècle, un affolement de tendresses inquiètes comme les lettres de Mlle Aïssé, comme celles de Mme d’Épinay, comme l’histoire navrante de cette pauvre Manon. » P.190
  • 1884: Maizeroy, René, « Deux amies », Havard, 1884. »Elle répondait aux confidences de Jeanne par des déclarations exaltées, expansives, impatientes, qui auraient pu se résumer dans cette phrase ardente d’une lettre de Mlle Aïssé adressée au chevalier d’Aydie: « Je n’ai qu’un désir en ce monde, rendre la vie si douce à celui que j’aime qu’il ne trouve rien de préférable à cette douceur. » »
  • 1886: Maizeroy, René, « La révérence » La Fin de Paris, Victor-Havard, 1886, p.149. « Puisse-t-elle nous rendre l’amour doux et sensuel où le cœur battait juste, où les médecins n’enfonçaient pas leurs scalpels aigus, où l’on s’abandonnait sans arrière-pensée au bonheur de vivre et de croire, l’amour fervent tel que le comprirent madame de la Popelinière et cette mademoiselle Aïssé qui écrivait au chevalier d’Aydie :« Je n’ai qu’un désir en ce monde, rendre la vie si douce à celui que j’aime qu’il ne trouve rien de préférable à cette douceur. » »
  • 1886: Maizeroy, René, Bébé Million (7e édition) / René Maizeroy, P. Ollendorff (Paris), 1886, p.33 « Il avait toutes les traditions de l’autre siècle. Sa grand’mère, la duchesse de Villecroix, une des dames d’honneur de Marie-Antoinette, la seule qui eût échappé à la tourmente furieuse de Quatre-vingt-treize, lui avait appris à lire sur ses genoux dans la correspondance de mademoiselle Aïssé et dans les romans de Duclos. Il ne savait rien refuser à une femme qui lui tendait les lèvres. » p.33
  • 1887: René Maizeroy, « La Mode », La Revue indépendante, février 1887, pp.177-181. (repris de Maizeroy R., La Fin de Paris, Victor-Havard, 1886, p.149).

    A propos de la mode du retour à la révérence dans les salons: « Puisse-t-elle nous rendre l’amour doux et sensuel où le cœur battait juste et dans lequel les médecins n’enfonçaient pas leurs scalpels aigus, où l’on s’abandonnait sans arrière-pensée au bonheur de vivre et de croire — l’amour fervent tel que le comprirent madame de la Popelinière et cette mademoiselle Aïssé qui écrivait au chevalier d’Aydie: « Je n’ai qu’un désir en ce monde, rendre la vie si douce à celui que j’aime qu’il ne trouve rien de préférable à cette douceur. »« 

  • 1890: Maizeroy, René, Mesdemoiselles leurs filles, Librairie Nilson-Per Lamm, successeur, 1890., p.48.
  • 1897: Dans Maizeroy, René, Petite reine : les parisiennes / par René Maizeroy, P. Ollendorff (Paris), 1897, p.206. « Nous avions eu la même tentation, une tentation où flottaient des croyances en  de vagues métempsycoses, des nostalgies anciennes et le souvenir de ce dix-huitième siècle où nous avons vécu,- le sais je, où Renée a porté des paniers à ramages, était marquise ou duchesse, savante en l’art des révérences et des sourires, où elle m’eût écrit comme Mlle Aïssé cette phrase plus tendre qu’un roucoulement de ramiers dans les feuilles : « Je n’ai qu’une pensée en ce monde, rendre la vie si douce à celui que j’aime, qu’il ne trouve rien de préférable à cette douceur. » P.206

Cette citation semble fort commode, tout en satisfaisant le goût du XIXe finissant pour la fin du XVIIIe, elle sert au journaliste pressé dans des contextes variés. Conçue pour dire l’amour raisonnable de Mlle Aissé pour son chevalier, elle sert dans Deux amies pour dire l’échevelé d’une passion dévastatrice entre deux jeunes filles. Ailleurs, sur un mode mineur, elle sert de simple marqueur XVIIIe (dans Bébé million par exemple ou dans « La mode » à propos du retour en vogue de la révérence) ou encore, sur un mode autofictionnel, au moment où Maizeroy, l’auteur, vient de perdre sa jeune épouse et qu’il porte son deuil dans les chroniques, elle sert à dire le tendre attachement que la morte aimée portait à Maizeroy, le narrateur, au temps de leur bonheur conjugal à la Droz.

Notons, en outre, que Maizeroy n’a peut-être jamais lu le texte de Mlle Aïssé dont il fait pourtant un si grand ouvrage. Voici en effet le texte exact qu’on peut trouver dans ses lettres :

« J’ai lieu d’être très-contente du chevalier ; il a la même tendresse et les mêmes craintes de me perdre. Je ne mésuse point de son attachement. C’est un mouvement naturel chez les hommes de se prévaloir de la foiblesse des autres : je ne saurois me servir de cette sorte d’art; je ne connois que celui de rendre la vie si douce à ce que j’aime, qu’il ne trouve rien de préférable: je veux le retenir à moi, par la seule douceur de vivre avec moi. » [p.290, Fayette, Marie-Madeleine Pioche de La Vergne La et Auger, Lettres de Mesdames de Villars, de La Fayette et de Tencin et de Mademoiselle Aïssé, Collin, 1805.

Maizeroy cite vraisemblablement, en le déformant, le texte de l‘Amour au XVIIIe s. des Goncourt qu’il est pour, ainsi dire, allé chercher à la source lors de sa visite au Maître quand il signale la présence de la correspondance de Mlle Aïssé dans sa bibliothèque. Les Goncourt commentent en effet les lettres de Mlle Aïssé en ces termes dans la Femme au XVIIIe s:

« Rendre la vie si douce à celui qu’elle aime qu’il ne trouve rien de préférable à cette douceur. » elle ne connaît d’autre art ni d’autre ambition. La douceur, c’est le mot qui de son coeur tombe sans cesse sous sa plume, et donne à toutes ses lettres leur immortel accent de caresse. » [La femme au dix-huitième siècle, Paris, Firmin Didot, 1862, p. 117]

Notons que cette obsession n’appartient pas qu’au seul Maizeroy et qu’elle est fort partagée dès le milieu du XIXe s. : une édition en 1846, préfacée par Sainte Beuve de Correspondance de Mlle Aïssé que Sainte Beuve renouvelle celle préfacée par Voltaire en 1787. Elle est donc aussi présente dans la Femme au XVIIIe des Goncourt. On peut encore penser au drame de Fouchet et Lavergne [créé au Français en 1854], à la pièce de Louis Bouilhet, Mlle Aïssé [Bouilhet L. (1821-1869), Mademoiselle Aïssé : drame en quatre actes, en vers / par Louis Bouilhet, 1872.], à la réédition des lettres en 1873 [Asse, Eugène, Lettres portugaises avec les réponses: Lettres de mlle Aïssé, suivies de celles de Montesquieu et de mme du Deffand au chevalier d’Aydie, etc, Charpentier et cie, 1873, p.289.]

Cite this article as: Clara Edouard, "L’obsession Mlle Aïssé," in René Maizeroy, 20/03/2016, http://rmaizeroy.hypotheses.org/47.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *