Portraits des artistes en jeunes gens: Zola et Maizeroy peints par Manet

Edouard Manet (1832-1883) Emile Zola 1868 Huile sur toile H. 146,5 ; L. 114 cm Paris, musée d'Orsay Donation de Mme Emile Zola, veuve, 1918 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Edouard Manet (1832-1883)
Emile Zola
1868
Huile sur toile
H. 146,5 ; L. 114 cm
Paris, musée d’Orsay
Donation de Mme Emile Zola, veuve, 1918
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski
Edouard Manet, Portrait de René Maizeroy, 1880-1884. Pastel on canvas. Museum of Fine Arts, Boston.
Edouard Manet, Portrait de René Maizeroy, 1880-1884.
Pastel on canvas.
Museum of Fine Arts, Boston.

Deux portraits, deux articles, deux écrivains… à près de vingt ans de distance; ou comment Maizeroy aimerait bien mettre son pas dans celui de Zola !

L’un des enjeux de notre recherche n’est pas de présenter Maizeroy en auteur faisandé, « en spéculateur de l’ordure » (ce qu’il est indéniablement), ni de présenter les représentations de l’homosexualité à la fin du 19e (ce qu’indéniablement  le roman  de 1885, Deux amies, propose), mais de tracer sa trajectoire, en montrant qu’il procède d’une stratégie d’un naturalisme du scandale (dans la lignée de celui qui est pratiqué au Gil Blas). Aussi, quand on s’intéresse aux débuts littéraires de Maizeroy (débuts des années 1880), il est tout à fait net qu’il fait le choix (comme beaucoup d’écrivains de sa génération (comme l’ont montré les analyses de C. Charle) de se positionner par rapport à Zola. Le récit qu’il fait de sa visite chez Manet en 1882 dépasse donc bien le genre journalistique consacré de la visite au »grand homme » et fait figure à la fois, pour le jeune auteur, de manifeste, d’acte de ralliement à une avant-garde déjà ancienne (le Déjeuner sur l’herbe va alors fêter ses 20 ans), mais aussi d’une sorte d’émulation du modèle zolien. Comme Zola avant lui, Maizeroy se rallie à l’audace de Manet, comme Zola avant lui, Maizeroy écrit dans un journal une visite à Manet et comme Zola avant lui, Maizeroy pose pour Manet.

Deux portraits:

Contrairement à Maizeroy presque 20 ans après, Manet ne montre pas Zola en dandy des grands boulevards. Il le met en scène à sa table de travail, en véritable écrivain, entouré de tableaux et de papier (dont, en bleu, la plaquette que Zola lui a consacrée). Quel contraste entre les deux tableaux et les deux jeunes gens (Zola a 28 ans sur son portrait et Maizeroy entre 25 et 28). A un Zola en contexte, entouré de culture, de travail, d’art et d’écrits (il y est presque fondu, seul son visage / son front de penseur, et ses mains d’écrivain s’en détachent) s’oppose un Maizeroy, peint au pastel, soucieux de sa mise et de son attitude, de la nuance de gris de son costume, représenté en « marcheur » (pour reprendre un titre de Lavedan) des boulevards, sans décor, sans art, sans livre, mais en canne et en chapeau.

Deux visites:

En effet, c’est par un article de visite que Zola énonce son soutien indefectible à Manet en 1866, c’est « l’affaire Manet » selon le titre de H. Mitterand. Aussi, on ne s’étonnera pas de voir Maizeroy réitérer la visite, 16 ans après et l’on retrouve dans son article la détermination de Manet que Zola peint en « lutteur convaincu », qui « il laisse passer tranquillement sur sa tête la tempête des rires, certain que les applaudissements viendront  » digne de sa devise « manet et manebit » que Maizeroy citera quand écrit à son tour au moment des « applaudissements » à l’attribution de la légion d’honneur à Manet. Aussi, si le fond ne diffère guère d’un article à l’autre, à 16 ans de distance, le contexte diffère grandement. Là où Zola semble faire preuve de courage (comme il le souligne non sans une certaine immodestie dans son article) en défendant Manet seul contre tous, Maizeroy tresse les louanges d’un artiste autant consacré que décoré. Au reste, on voit bien que Maizeroy sent ce que sa posture a d’anachronique, de vouloir défendre un peintre que nul n’attaque et que tous acclame, aussi est il contraint de faire dans la surenchère à l’envoi de l’article. Il y cite en effet un Américain qui s’étonnerait de la faiblesse de la célébration du peintre, pour pouvoir poser, un peu à son tour, au journaliste défenseur de l’artiste mal compris du public.

Extrait de Emile Zola, « M. Manet », L’Evénement, le 7 mai 1866.

Je ne suis allé qu’une fois dans l’atelier de M. Manet. L’artiste est de taille moyenne, plutôt petite que grande ; blond de cheveux et de visage légèrement coloré, il paraît avoir une trentaine d’années ; l’œil vif et intelligent, la bouche mobile, un peu railleuse par instants ; la face entière, irrégulière et expressive, a je ne sais quelle expression de finesse et d’énergie. Au demeurant, l’homme, dans ses gestes et dans sa voix, a la plus grande modestie et la plus grande douceur.
Celui que la foule traite de rapin gouailleur vit retiré, en famille. Il est marié et a l’existence réglée d’un bourgeois. Il travaille d’ailleurs avec acharnement, cherchant toujours, étudiant la nature, s’interrogeant et marchant dans sa voie.
Nous avons causé ensemble de l’attitude du public à son égard. Il n’en plaisante pas, mais il n’en paraît pas non plus découragé. Il a foi en lui, il laisse passer tranquillement sur sa tête la tempête des rires, certain que les applaudissements viendront.
J’étais enfin en face d’un lutteur convaincu, en face d’un homme impopulaire qui ne tremblait pas devant le public, qui ne cherchait pas à apprivoiser la bête, mais qui s’essayait plutôt à la dompter, à lui imposer son tempérament.
C’est dans cet atelier que j’ai compris complètement M. Manet. Je l’avais aimé d’instinct ; dès lors, j’ai pénétré son talent, ce talent que je vais tâcher d’analyser. Au Salon, ses toiles criaient sous la lumière crue, au milieu des images à un sou qu’on avait collées au mur autour d’elles. Je les voyais enfin à part, ainsi que tout tableau doit être vu, dans le lieu même où elles avaient été peintes.
Le talent de M. Manet est fait de simplicité et de justesse. Sans doute, devant la nature incroyable de certains de ses confrères, il se sera décidé à interroger la réalité, seul à seule ; il aura refusé toute la science acquise, toute l’expérience ancienne, il aura voulu prendre l’art au commencement, c’est-à-dire à l’observation exacte des objets.
Il s’est donc mis courageusement en face d’un sujet, il a vu ce sujet par larges taches, par oppositions vigoureuses, et il a peint chaque chose telle qu’il la voyait. Qui ose parler ici de calcul mesquin, qui ose accuser un artiste consciencieux de se moquer de l’art et de lui-même ? Il faudrait punir les railleurs, car ils insultent un homme qui sera une de nos gloires, et ils l’insultent misérablement, riant de lui qui ne daigne même pas rire d’eux. Je vous assure que vos grimaces et que vos ricanements l’inquiètent peu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *