Maizeroy et Manet – Remarques sur René Maizeroy, “Chez Manet”, Gil Blas, 11 janvier 1882.

En 1882, René Maizeroy vient tout juste de quitter l’armée pour devenir journaliste et embrasser une carrière de littérateur. Il donne au Gil Blas le récit d’une visite à Manet. Si cet article obéit en tout point au canon de la « visite au grand homme », il permet également Maizeroy (qui signe depuis peu de son vrai nom) de souligner son intimité avec Manet et son cercle intellectuel et artiste tout en s’appropriant aux valeurs d’audace et de novation qu’il associe à la figure de Manet. De plus, de façon plus étonnante, il opère un renversement: après s’être ainsi identifié à la figure de Manet, il identifie ce dernier au parisianisme, à l’esprit de boulevard, à la mondanité du journalisme parisien à la Gil Blas. Enfin, cette visite (avec celles à Goncourt et Daudet), revêt une valeur symbolique forte. Elle reproduit la même visite que Zola a faite chez Manet en 1866, visite qui a aussi donné lieu à un article (celui de l‘Evénement par lequel le scandale est arrivé) et à un portrait. En effet, tout comme Manet a peint le jeune Zola en 1868, il peint le jeune Maizeroy vers 1882.

Cette visite à Manet donnée au Gil Blas par René Maizeroy, alors jeune journaliste, en 1882 obéit donc aux codes des formes journalistiques traditionnelles de la « visite au grand homme » et des « visites d’atelier » et suit un schéma bien établi que nous retrouverons dans d’autres visites de Maizeroy (description des lieux, portrait du grand homme in situ et dans son interaction avec Maizeroy, départ du journaliste désolé de devoir quitter l’amicale compagnie du grand homme). Ces visites, outre le portrait flatteur qu’elles donnent du « grand homme » visité, permettent aussi au petit journaliste visiteur de souligner l’intimité entre le visiteur et le visité et de proposer une identification entre le modèle et l’admirateur. Maizeroy procède exactement de la même manière avec Manet, Goncourt et Daudet quand, au début de sa carrière, il cherche à s’établir en naturaliste parisien et indépendant.

L’article date de 1882, soit l’exacte période pendant laquelle Manet peint son portrait de Maizeroy en jeune dandy. Cette description, d’apparence très conventionnelle de l’atelier de l’artiste, procèderait donc d’une véritable intimité née des longues heures de pose que le portrait a dû requérir (sur ce sujet voir notre note « Portraits des artistes en jeunes gens: Zola et Maizeroy peints par Manet ».)

A ce titre, l’article revêt un intérêt supplémentaire:

  • outre les questions qu’il pose sur les procédés de don/contre don entre artistes et journalistes : voir, par exemple, les bénéfices que liste Camille Lemonnier quand il décrit la position de journaliste salonnier au même Gil Blas; ou encore, de façon plus encore pertinente, le portrait de Zola fait par Manet en 1868, sur lequel figure la brochure à couverture bleue pour laquelle Manet remercie précisément Zola par le présent portrait…
  • en effet, on aurait donc là, non pas le résultat d’une simple visite, mais fruit d’une longue observation de l’intérieur, par les yeux d’un journaliste-modèle.
  • enfin, l’article permettrait alors de dater plus précisément le tableau de Manet.

 

« On sent que le maître naturaliste n’est pas chez lui dans cette lumière artificielle de serre, qu’il n’aime pas les boîtes à bibelots et à fanfreluches papillotantes où les peinturlureurs d’aujourd’hui brossent leurs machinettes d’exportation. »

  • Il y a là une certaine ironie dans la louange faite à Manet (par le biais des péjoratifs « peinturlureurs », « fanfreluches papillotantes » et « machinettes ») de refuser le mercantilisme précieux des contemporains. Leurs « bibelots », leurs « fanfreluches papillotantes » dans une « lumière artificielle de serre » annoncent pourtant bien l’esthétique des romans mondains, volontiers teintés de XVIIIe, qui apporteront le succès au même Maizeroy qui semble alors s’associer au mépris qu’il prête à Manet.
  • « Il lui faut le plein air… » Dans ce paragraphe, Maizeroy restitue dans ses grandes lignes la doctrine impressionniste tout en soulignant le refus de Manet de s’inféoder à aucune école. Il y fit figurer les éléments essentiels de la légende de l’artiste: le « plein air » (le Claude Lantier de Zola peindra en 1886 le tableau scandaleux « Plein d’air »), la couleur, l’avant-gardiste qui résiste aux moqueries des ilotes et la devise qui affirme la fierté et la persévérance de l’artiste qui sait se passer de l’assentiment de ses contemporains. Il est aisé de voir là la stratégie de Maizeroy de s’approprier, avec bien retard, les valeurs de novation et d’indépendance de Manet, un peu à la manière du « coup de poker » opéré par Zola (Mitterand, p.70). Notons rapidement que cette tentative (parmi bien d’autres qui voient Maizeroy tenter de sauter dans le train naturaliste bien en marche) est relativement inopérante: par son retard (par exemple, c’est en 1877 que Hannon célèbre les vertus du plein air dans l’Artiste et le « scandale » Manet date déjà de près de 15 ans), et par son manque de sincérité. S’il prétend au naturalisme, comme à un étendard ou à calicot publicitaire, Maizeroy est déjà un journaliste bien plus préoccupé de mondanités que de « vérité » littéraire, pour s’en convaincre il suffit de comparer son portrait par Manet avec celui qu’il a fait d’un autre écrivain « artiste en jeune homme »: Zola en 1868.
  • « formule moderne de notre fin de siècle énervée »: notons que Huysmans parle, à propos de Caillebotte, de « la formule moderne entrevue par Manet » [Huysmans, p.96]
  • L’objectif évident de l’article est de permettre au jeune journaliste de se créer une légitimité en s’associant à des gloires établies (le procédé est tout à fait similaire dans ses articles de visites à Daudet ou Goncourt) :
    • il cherche à tout prix à créer une proximité en soulignant une intimité, une connivence
    • il établit une série de rapprochement entre l’auteur de l’article et le « grand homme » visité. Ici, et le contraste avec l’article de Zola est saisissant. Chez Zola (et comme le Zola du portrait de 1868), Manet était un intègre et un laborieux, sérieux, acharné à la tache: « Il est marié et a l’existence réglée d’un bourgeois. Il travaille d’ailleurs avec acharnement, cherchant toujours, étudiant la nature, s’interrogeant et marchant dans sa voie. » (Zola, mai 1866)
    • Chez Maizeroy, Manet est présenté à la semblance du dandy dont il a fait le portrait. C’est un parisien et un élégant, friand de plaisanterie et de bons mots, entouré de beaux esprits, pratiquant l’art de la conversation… « Manet en oublie bientôt son modèle et la toile commencée. Parisien jusqu’au bout des ongles, lettré, ayant beaucoup lu et beaucoup retenu, aussi sceptique qu’il est possible de l’être, il saupoudre comme de pincées de poivre, la conversation engagée.  » En somme il ressemble fort au parfait journaliste du Gil Blas qu’est Maizeroy.  Ce dernier souligne d’ailleurs l’analogie entre l’atelier et le journal: « Ce sont des chroniques parlées où chacun glisse son mot et sa blague et qui pétillent et pétaradent comme des feux d’artifice. »
    • Maizeroy place Manet, pourtant à la tête d’une oeuvre considérable, sous le signe du fugace, de l’instant, de l’inachevé. Ainsi, il finit l’évocation de ses oeuvres par celles de « ces portraits de femme, pastels ébauchés, silhouettes à peine esquissées et qui ne seront jamais terminées », et il continue en décrivant l’atelier du peintre comme un lieu de passage qui attire les femmes comme « des mouches vagabondes, se posant bruissant et repartant qui sait où », d’où ne demeure qu’une « impression furtive ».
    • De même, l’atelier de l’artiste est présenté « comme un salon où les mêmes amis viennent chaque jour passer une heure amusante et japoter sur n’importe qui et n’importe quoi », nous sommes bien loin du grave atelier des Batignoles tel que l’a représenté Fantin-Latour où se décidait l’avenir de l’art moderne, là on ne devait guère « japoter »!

Illustration:

Henri Fantin-Latour (1836-1904), Un atelier aux Batignolles, 1870, Huile sur toile
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski. Commentaire sur le site du Musée d’Orsay.

 

Textes cités:

Cite this article as: Clara Edouard, "Maizeroy et Manet – Remarques sur René Maizeroy, “Chez Manet”, Gil Blas, 11 janvier 1882.," in René Maizeroy, 19/03/2016, http://rmaizeroy.hypotheses.org/13.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *