L’obsession Mlle Aïssé

Titre : [Recueil. Portraits de Mlle Aïssé (XVIIIe s.)] Sujet : Aïssé, Charlotte-Élisabeth (1693?-1733) -- Portraits Type : Portraits Type : image fixe Format : Doc. iconogr. ; formats divers Format : image/jpeg Droits : domaine public Identifiant : ark:/12148/btv1b85279998 Source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, N-2 (AISSE, Mlle) Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41870524t Provenance : Bibliothèque nationale de France Date de mise en ligne : 12/03/2013
Aïssé, Charlotte-Élisabeth (1693?-1733), portrait,  [Recueil. Portraits de Mlle Aïssé (XVIIIe s.)], BNF

Cela ne surprendra personne d’apprendre que René Maizeroy, le pornographe, condamné pour outrage aux moeurs par la cours d’assises de la Seine, a des obsessions… En l’occurrence, l’une d’entre elle, la dévotion qu’il porte à Mlle Aïssé, figure presque romanesque du XVIIIe siècle, paraît bien innocente… Si ce n’est qu’elle permet de mettre en lumière les travers de Maizeroy, le journaliste…

Continuer la lecture de L’obsession Mlle Aïssé

Une perle de Maizeroy: Maizeroy, le chercheur d’inconnu

« Et, maudissant la fuite inflexible des heures, nous nous séparons de Goncourt, la cervelle grisée par le charme nonpareil que répand autour de lui ce maître-écrivain ; – notre maître à nous autres, les vibrants, les chercheurs d’inconnus, les énervés qui marchons dans ses traces mieux que dans les pas lourds de Balzac. »

René Maizeroy, « Chez Goncourt », Gil Blas, 1880.

René Maizeroy rend visite à Edmond de Goncourt

René Maizeroy, « Chez Goncourt », Gil Blas, novembre 1880

Boulevard Montmorency, 55, à Auteuil*.

Une de ces petites maisons reblanchies de la banlieue parisienne qui, peu ou prou, semblent toutes cousiner entre elles. La façade a comme un sourire engageant, avec son balcon dont les ferrures ouvragées s’enroulent fantasquement autour d’un médaillon Louis XV, ses larges fenêtres derrière lesquelles apparaissent des pans de draperies claires. Et, pointant indiscrètement par-dessus les ardoises du toit, s’échevèlent les verdures grelottantes d’un jardin qu’on devine : C’est là.

Continuer la lecture de René Maizeroy rend visite à Edmond de Goncourt

René Maizeroy rend visite à Edouard Manet

René Maizeroy, “Chez Manet”, Gil Blas, 11 janvier 1882.

CHEZ MANET

77, rue d’Amsterdam, au fond d’une cour silencieuse où s’étiolent quelques arbrisseaux anémiques et que bordent à droite et à gauche des vitrages ternes d’ateliers. C’est là. Vous entrez dans une grande et vaste salle largement éclairée.

Continuer la lecture de René Maizeroy rend visite à Edouard Manet

Portraits des artistes en jeunes gens: Zola et Maizeroy peints par Manet

Edouard Manet (1832-1883) Emile Zola 1868 Huile sur toile H. 146,5 ; L. 114 cm Paris, musée d'Orsay Donation de Mme Emile Zola, veuve, 1918 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Edouard Manet (1832-1883)
Emile Zola
1868
Huile sur toile
H. 146,5 ; L. 114 cm
Paris, musée d’Orsay
Donation de Mme Emile Zola, veuve, 1918
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski
Edouard Manet, Portrait de René Maizeroy, 1880-1884. Pastel on canvas. Museum of Fine Arts, Boston.
Edouard Manet, Portrait de René Maizeroy, 1880-1884.
Pastel on canvas.
Museum of Fine Arts, Boston.

Deux portraits, deux articles, deux écrivains… à près de vingt ans de distance; ou comment Maizeroy aimerait bien mettre son pas dans celui de Zola !

Continuer la lecture de Portraits des artistes en jeunes gens: Zola et Maizeroy peints par Manet

Maizeroy et Manet – Remarques sur René Maizeroy, “Chez Manet”, Gil Blas, 11 janvier 1882.

En 1882, René Maizeroy vient tout juste de quitter l’armée pour devenir journaliste et embrasser une carrière de littérateur. Il donne au Gil Blas le récit d’une visite à Manet. Si cet article obéit en tout point au canon de la « visite au grand homme », il permet également Maizeroy (qui signe depuis peu de son vrai nom) de souligner son intimité avec Manet et son cercle intellectuel et artiste tout en s’appropriant aux valeurs d’audace et de novation qu’il associe à la figure de Manet. De plus, de façon plus étonnante, il opère un renversement: après s’être ainsi identifié à la figure de Manet, il identifie ce dernier au parisianisme, à l’esprit de boulevard, à la mondanité du journalisme parisien à la Gil Blas. Enfin, cette visite (avec celles à Goncourt et Daudet), revêt une valeur symbolique forte. Elle reproduit la même visite que Zola a faite chez Manet en 1866, visite qui a aussi donné lieu à un article (celui de l‘Evénement par lequel le scandale est arrivé) et à un portrait. En effet, tout comme Manet a peint le jeune Zola en 1868, il peint le jeune Maizeroy vers 1882.

Continuer la lecture de Maizeroy et Manet – Remarques sur René Maizeroy, “Chez Manet”, Gil Blas, 11 janvier 1882.

René Maizeroy

René Maizeroy,  auteur déconsidéré de la fin du 19e, est surtout célèbre, quand on ne l’a pas tout à fait oublié, pour le scandale de la publication de Deux amies (1885) et comme (l’un des) modèle(s) du Duroy de Bel ami. Il s’agira de dépasser la simple question de la grivoiserie et celle, plus complexe, des représentations de l’homosexualité à la fin du 19e s., pour interroger un parcours d’écrivain-journaliste qui part de la littérature militaire, en passant un naturalisme « orthodoxe », par le naturalisme mondain à la Chérie, pour aboutir à un genre « moeurs parisiennes », sentimental et libertin. Continuer la lecture de René Maizeroy

Pistes et enquêtes